Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 avril 2017 1 24 /04 /avril /2017 12:24

 

à ma vie baisée 

je trinque 

aux honneurs inavouables 

je trinque 

  

aux horizons délestés (de leur merde) 

j'être heureux 

aux sables qui glissent 

j'être aimable 

  

à mon inconditionelle 

j'être des larmes 

aux bras des ronces 

j'étreins l'arbre 

  

l'aube

Repost 0
Published by Penrose
commenter cet article
24 avril 2017 1 24 /04 /avril /2017 08:10

 

C’est ouvert, franchement ouvert. Tellement ouvert que le ciel se donne comme la terre. Plein de passages pour les cils qu’elle en a montré sa chatte. –

C’est moi qui ai inventé le mot « dandy » qu’elle sort. L’espace

est respirable ; je viens d’inventer le mot « respirable » -

on sait que le temps sera clément as usual. Les cils

clignent au moindre chuintement : on a rien vu de plus lointain que

la ligne de son pubis.

L’ouverture maniaque des mots descendus. Lointaine

possibilité pour la vérité blanche en cachet.

De dire c’est clouer : c’est moi qui ai inventé le mot « dandy » À l’arrivée

on sait plus trop où se trouve le mot. Pas sûr les gens, de leurs tropismes.

Puis ça barge, ça coagule comme le réel. Ça

chuinte on ferme les yeux : les cils couchent ensemble. Cruauté

de la maladie.

C’est ouvert, on y pénètre, la langue sur la ligne est ivre quand on a

peur.

J’ai peur, ouvertement, sans briller ; juste les cils qui

discutent de l’avenir des possibles maniaques. « Voilà ma chatte

j’suis pas un mec ». 5 années d’ouvertures possibles – cils noirs,

pubis qui détermine si oui ou non on accoste

sur le rivage, le rivage de l’ouverture des levées de Lune perceptibles.

Repost 0
Published by Penrose
commenter cet article
24 avril 2017 1 24 /04 /avril /2017 07:50

L'existence est une éventualité

Repost 0
Published by Penrose
commenter cet article
24 avril 2017 1 24 /04 /avril /2017 07:36

La sensibilité suspendue d’Artaud, vitalité terrifique et scindée en deux, ce point de cohésion nécessaire auquel l’être ne se hausse plus, ce bord-qui-pleure-d‘amertume quoi ; amertume de se rencontrer soir-même dans les histoires auxquelles on se suspend. La dérision et l’angoisse s’aventurent là où le double de la sensibilité schizophrénique s’écarte pour laisser lieu. Nécessaire mal qui est celui de l’humain même car Artaud est le malaise de la civilisation, malaise nécessaire s’il en est qui est l’étroite collaboration entre le lieu où nous vivons et l’être qui est parti du lieu, qui ne se hausse plus puisqu’il est transfiguré, on en a donc fini, par la poésie suspendue, avec le nihilisme.

Repost 0
Published by Penrose
commenter cet article
23 avril 2017 7 23 /04 /avril /2017 22:23
ce que je m'enlève en pensant à mon
 
 
 

Voir les commentaires

Repost 0
Published by Penrose
commenter cet article
23 avril 2017 7 23 /04 /avril /2017 22:20

 

ciel d'hiver déjeté 
dans le grand corps d'eau glacée 
A ramollit

d'un coin de bus
ciel d'été déjeté 
dans le gros corps du bus
Repost 0
Published by Penrose
commenter cet article
23 avril 2017 7 23 /04 /avril /2017 22:17

 

des plaines mobiles
avec qui je joue
jouer c'est entretenir un saoul-venir
Repost 0
Published by Penrose
commenter cet article
23 avril 2017 7 23 /04 /avril /2017 19:41

une idée m'échappe

alors qu'elle me creuse

Repost 0
Published by Penrose
commenter cet article
22 avril 2017 6 22 /04 /avril /2017 21:17

et tu ne verrais plus, déserte 

  

pourquoi les torts, s’agitent  

dans la précision des foules 

  

encore, hier l’air gras s’est manifesté  

dans la peau du ciel... 

  

Et, mourra-t-elle ? 

Cette nuit à moi-même  

  

et tu ne verrais plus, déserte 

la blouse des mots 

cette précision de tes yeux 

  

sortie du train

Voir les commentaires

Repost 0
Published by Penrose
commenter cet article
22 avril 2017 6 22 /04 /avril /2017 21:15

Je suis au départ 

Je suis au départ pour le désert 

                                               J’ai vu l’état de ma mère, témoin d’une figure, un artefact.

  

La folie m’a donné le corps 

  

La raison la folie      

  

                                   et plus encore 

  

                                                                      je me débarasse de l’ennui.

  

Si je vivais dans la portée d’un enfant, il me dirait 

  

  

tu es le mutant 

                                               prophète de l’alignation étonnante 

  

                                   « c’est que tu n’arrives à cet espace qu’avec des mots » 

  

  

j’ai vécu plus que vécu aligné l’os aux rives. 

  

désertes 

  

  

secrètes – 

  

  

le chant ne contourne pas 

il affronte 

  

  

                                                                      on a repeint sa chambre, d’enduit 

  

                                                                                                         noir. 

  

le bateau en analyse 

  

que dit-il ? 

  

                                               « j’irai, par delà Monaco, par-delà New-York, par delà toutes mers, par delà toutes planètes, je vivrai le rire, 

  

 

                       et l’espèce qui se conduit avec un mat et un enfant »

Voir les commentaires

Repost 0
Published by Penrose
commenter cet article